English version (coming soon) Accueil  |   LOXAM POWER  |   Documentation  |   News  |   Carrières  |   Plan du site  |   Newsletter  |   Contact
Demande de documentation Remplissez le formulaire en ligne

Air comprimé - Applications

Tous les métiers du BTP, mais souvent aussi ceux de l'industrie, tirent profit des multiples services que rendent les compresseurs et leurs accessoires. Le développement de leurs applications en a fait de véritables machines, par exemple lorsqu'il s'agit de projeter du béton ou du mortier.

De Baudouin au réamorçage automatique

Depuis le compresseur à pistons, puis à palettes, jusqu'au compresseur à vis d'aujourd'hui, les progrès accomplis par l'ensemble des constructeurs en ont fait un matériel propre, fiable et de plus en plus silencieux. Certains se rappelleront peut-être du compresseur 6 000 l/mn, entraîné par un moteur Baudoin de 60 ch, plutôt bruyant ! Il pesait 2,5 T et le changement des clapets se faisait toutes les 150 heures. Aujourd'hui, pour le même travail, un compresseur de 5 200 l/mn ne pèse plus que 1 100 kg, et aucune intervention sur la vis n'est nécessaire si l'entretien courant est effectué. En terme de niveau sonore maximum, un compresseur électrique à vis ne dépasse pas actuellement 73 db (A). Pour améliorer encore la fiabilité et la simplicité d'utilisation, Loxam a intégré sur ses compresseurs une sécurité de niveau bas de carburant qui stoppe l'engin avant la panne de fioul, évitant ainsi le réamorçage manuel. Cela a donné des idées aux constructeurs qui mettent sur le marché de nouveaux modèles de moteurs équipés d'un système de réamorçage automatique au démarrage.

Terrassement et démolition

C'est dans ce type d'applications que l'on trouve les outillages les plus nombreux, depuis le brise-béton jusqu'au chariot de foration. Aujourd'hui, la combinaison débit d'air et pression de service permet d'alimenter une multitude d'équipements : marteaux de démolition, perforateurs, fusées de fonçage, foreuses d'eau... Les chariots de forage de carrière, équipés de marteaux de fond de trou, exigent de forts débits et des pressions jusqu'à 25 bar pour obtenir les meilleurs rendements.

Traitement des surfaces, construction, services

Parmi les gros consommateurs d'air comprimé, citons l'application de peinture par projection, et le sablage utilisé pour le décapage et le nettoyage des structures métalliques, des coques de navires et des façades. Autres emplois de l'air comprimé : la vibration des bétons et le transport des matériaux en vrac (ciment, chaux, mortier), que l'on élève en continu depuis le niveau du sol jusqu'à celui de leur mise en oeuvre. Avec des accessoires comme le Projex, on peut assurer la projection de plâtre ou de mortier et, suivant le même principe, réaliser le flocage des structures d'acier pour leur protection contre le feu.

Sécurité et souplesse d'utilisation

A l'atelier, où il alimente cloueuses, agrafeuses, boulonneuses, meuleuses et tronçonneuses, l'air comprimé est souvent préféré à l'électricité pour sa souplesse et sa sécurité d'utilisation. Dans l'industrie, il est utilisé pour la régulation de machines-outils. Dans des espaces confinés et/ou en atmosphère explosive, lorsqu'on ne peut utiliser ni moteur thermique, ni moteur électrique, l'air comprimé vous permettra d'alimenter une pilonneuse, un treuil ou une pompe d'épuisement par exemple.

Débit et pression, une très large gamme

A chaque usage correspond une capacité de débit, donc de puissance et de poids du compresseur. Un détail qui a son importance, puisque les plus petits modèles jusqu'à 2 200 l/mn pèsent moins de 750 kg, se tractent avec une simple voiture légère et sans dispositif de freinage de remorque. La gamme des compresseurs thermiques sur remorque offre, sous des pressions de 7 à 25 bar, des débits de 1 500 à 42 000 l/mn. Celle des compresseurs électriques industriels mobiles propose des débits de 2 000 à 34 000 l/mn, avec éventuellement un traitement de l'air en sortie par déshuileur, épurateur, sécheur d'air et refroidisseur.

A ne pas oublier

Avant de démarrer un compresseur :

  • vérifier l'horizontalité de la machine,
  • controler le niveau de fioul (l'autonomie d'un compresseur est de 8 heures),
  • vérifier les points de maintenance usuels, colmatage des filtres, niveau d'huile du moteur et du séparateur,
  • pour compenser la perte de charge dès que la distance outil/compresseur atteint 50 m, prévoir un débit d'air plus fort et augmenter la section de passage de l'air en utilisant un plus gros diamètre de tuyau ou en adjoignant un second tuyau d'alimentation.

Avant le transport :

  • vérifier que les articulations du timon sont bien serrées,
  • verrouiller la fermeture du crochet du camion,
  • accrocher la chaîne ou le cable de sécurité au crochet "queue de cochon" du camion,
  • brancher la prise de courant et vérifier l'éclairage,
  • avant de reculer, penser à désengager le dispositif de freinage de la remorque pour éviter de détériorer le timon.

Hissez Haut !

Tant de perfection technique est l'objet de convoitises. Une chaîne haute résistance (en vente ou en location dans les agences Loxam) vous permettra le soir, d'attacher votre compresseur à un arbre ou un lampadaire. Cela vous évitera de mauvaises surprises le lendemain sur votre chantier. Et si comme certains, vous avez une très haute opinion de votre compresseur, alors préférerez-vous peut-être le hisser au crochet d'une grue et le placer ainsi au niveau qu'il mérite !

Air Comprimé - Applications